03 juin 2013

Au gré de sa motivation et de ses émotions

Je voulais revenir sur ce que j’avais dit la semaine dernière à propos du manque de plaisir que Max éprouvait à écrire. En effet, je me dois de moduler cette affirmation car elle pourrait sous-entendre que Max n’apprécie guère les rédactions et autres dissertations, or il ne s’agit pas de cela, mais plutôt de l’action physique de former des mots avec un stylo à plume qui lui est pénible. J’en veux pour preuve que depuis plusieurs semaines déjà, Max passe minimum une heure par jour sur l’ordinateur à écrire et décrire un pays imaginaire. Ce qui m’amène au sujet du jour, à savoir les fluctuations que connaît sa motivation.

J’avais lu pas mal de choses à ce sujet, mais n’avais jamais eu d’exemple concret de ce phénomène chez Max. Et voilà qu’il y a quelques semaines, l’exemple que j’attendais allait me sauter aux yeux. En effet, l’institutrice de Max étant en repos d’accouchement, une jeune enseignante s’occupe désormais de Max et de ses camarades de classe. Le moins qu’on puisse dire c’est que le courant ne passe pas entre elle et Max car pour la première fois cette année, la moyenne de son dernier bulletin allait être inférieure à 90%, une chute que j’attribue à la chute non moins spectaculaire de sa motivation.

Plusieurs articles relatent l’importance de l’attachement et du respect que les enfants HP doivent éprouver pour leur(s) professeur(s) afin d’être « performants », donnant l’exemple de certains enfants brillant dans une matière une année et n’arrivant pas à obtenir la moyenne l’année suivante. J’ai eu l’occasion d’observer ce phénomène chez Max ces derniers mois et de manière on ne peut plus frappante.

Comme je l’ai dit plus haut, l’arrivée de la nouvelle institutrice s’est accompagnée d’une baisse de résultats chez Max. Il me donne fréquemment l’impression de s’embêter et de ne plus rien apprendre. A côté de cela, Max voue une véritable adoration au professeur de la classe kangourou, il ne tarit pas d’éloges à son sujet et est toujours emballé par les projets et les devoirs sur lesquels il doit travailler pour ce cours.

Le dernier projet en date n’est autre que la création d’un pays imaginaire qui a suscité chez Max un engouement que je ne lui avais plus connu depuis longtemps. J’ai l’impression que son cerveau est littéralement en ébullition. Il se lève le matin et me parle des idées qu’il a eues pendant la nuit ou en se brossant les dents. Il rentre à la maison après les cours, fait ses devoirs et me demande d’allumer l’ordinateur afin qu’il puisse mettre tout ça par écrit. Tout se passe comme si j’avais deux enfants différents devant moi, celui qui s’ennuie et n’a rien à raconter de sa journée, et celui qui au contraire est fier de ma faire part de ses trouvailles et brûle d’impatience de continuer à développer son projet.

Au risque de donner l’impression de n'avoir qu’un seul ouvrage de référence, je vais à nouveau citer Jeanne Siaud-Facchin qui, je dois bien l’avouer, semble avoir réponse à toutes mes questions…

« Avec un enseignant dont il apprécie la pédagogie, le comportement, dont il respecte la personnalité, bref, qu’il aime bien, l’enfant peut faire preuve de beaucoup d’attention. En réalité, sa motivation et l’effort de rester calme qui en découle correspondent à son désir de faire plaisir à l’enseignant. C’est tout. Ce qui est surprenant, c’est que ce comportement est tout à fait indépendant de l’âge de l’élève : de la maternelle à la terminale, ce mécanisme est identique. Dans les conseils de classe, il est intéressant de constater que les enseignants ont souvent une image très différente de l’élève. […] Et cela n’a rien à voir avec la matière enseignée. L’intérêt pour le contenu du cours est une composante indépendante de la composante affective. » (réf. : L’Enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir. Jeanne Siaud-Facchin)

Posté par hpkidmum à 09:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Au gré de sa motivation et de ses émotions

    Voilà encore un petit article ou l'expérience de Max résonne avec ce que je vois chez mon grand garçon en CM1 (pour qui un professionnel vient enfin d'évoquer la précocité). Merci pour les epxériences partagées sur ce blog.

    Posté par Dame Titine, 03 juin 2013 à 12:00 | | Répondre
Nouveau commentaire