06 août 2013

Les hostilités reprennent de plus belle

Quelques jours à peine après la rentrée scolaire de Max en 4ème primaire, nous allions assister à un retour en force des brimades et autres incidents qui devenaient décidément bien trop coutumiers.

Au début relativement innocents, ils allaient tout de fois devenir de plus en plus agressifs et fréquents, tant et si bien que nous allions décider de demander à l’institutrice d’intervenir.

Je ne sais pas s’il s’agissait de la passivité de Max, de l’effet de groupe et/ou de la préadolescence qui commençait à influer sur les personnalités de certains, mais une chose est sûre, on n’était plus très loin de l’acharnement ni du harcèlement.

Je me souviens d’avoir vu Max décélérer ostensiblement le pas un matin à la vue de ses camarades de classe, alors que d’habitude il avait tendance à continuer sa route comme si de rien n'était ou à courir pour les rejoindre en fonction de qui se trouvait devant lui. Ce soir-là, je pris donc le temps de parler à Max pour voir ce qui n’allait pas et lui demander s’il souhaitait que nous intervenions. Il me raconta alors toute une série d’incidents qui s’étaient produits depuis le début de l’année et surtout un épisode où ses camarades s’étaient mis à plusieurs pour le malmener, l’apothéose étant le fracassement de sa boîte à tartines à coups de talon. Je me suis alors dit que je ne pouvais plus me voiler la face et qu’il était temps de prendre le taureau par les cornes.

Après l’intervention de l’institutrice qui avait abordé le sujet en classe en mettant l’accent sur la gravité du fait de se mettre à plusieurs pour s’en prendre à un enfant isolé, les choses semblaient s’être calmées. L’école participait d’ailleurs également à un programme de lutte contre l’exclusion et la violence à l’école qui semblait porter ses fruits.

Mais en dehors de l’école, les incidents allaient à leur tour devenir plus fréquents et plus intenses. La relecture de certains passages de l’ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin allait enfin me permettre de comprendre ce qu'il se passait alors pour Max.

« Ce sont souvent des enfants maltraités psychologiquement et même malheureusement physiquement, car le différence est toujours mal vécue et suscite de fortes réactions d’attaques. […] La conséquence est l’isolement, le retrait social et de profondes et douloureuses attaques de l’image de soi. Un cercle vicieux s’installe car cette représentation dévalorisée de lui-même, ce sentiment tenace que personne ne peut l’aimer empêche l’enfant surdoué d’aller vers les autres. Toute rencontre est anticipée comme négative et vient renforcer l’isolement par rapport au groupe. » (réf. : L’Enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir. Jeanne Siaud-Facchin)

Et c’est exactement ce qu'il se passait. Chaque fois que Max avait un stage sportif, il se mettait à l’écart ou repoussait ceux qui tentaient une approche craignant d’être rejeté ou maltraité. Cette angoisse du rejet venait littéralement pourrir sa relation aux autres…

Posté par hpkidmum à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Les hostilités reprennent de plus belle

Nouveau commentaire