02 mai 2013

Ali Baba et les 40 horreurs

Comme beaucoup d’enfants, Max a toujours adoré les contes. Et bien qu'il ne se lasse pas de m’entendre lire les grands classiques de la littérature enfantine, il est un conte que Max refuse catégoriquement que je lui lise même aujourd’hui car, dit-il, il lui donne d’affreux cauchemars.

En relisant le conte l’autre jour, je me suis rendue compte effectivement que de nombreux passages sont assez cruels, notamment celui où les voleurs découpent le frère d’Ali Baba en quatre en guise de représailles pour s’être introduit dans leur caverne.

Lors de la réalisation du bilan des capacités intellectuelles de Max, la neuropsychologue nous avait confié que Max possédait une telle richesse de vocabulaire et une perception tellement claire de la signification des mots qu’il « vivait » littéralement ce qu’on lui disait.

On comprend mieux comment la simple lecture de la phrase « Alors ils le découpèrent en quatre morceaux et partirent, furieux de savoir leur secret découvert. » (réf. : Ali Baba et les quarante voleurs. Conte des Mille et Une Nuits) pouvait déclencher chez Max une succession de tableaux plus terribles les uns que les autres, puisqu’il voyait littéralement des voleurs agressifs et furieux en train de découper un homme figé par la terreur, avec tout ce que cela sous-entend comme horreur et effusion de sang. Pas étonnant dès lors qu’il ne veuille pas rejoindre les bras de Morphée avec de telles images plein la tête…

On peut également imaginer l’impact des remarques lancées par les autres enfants lorsqu’ils sont excédés, du style : « Lâche-moi ou je t’explose la tronche ! » qui sont vécues avec une violence et une intensité toutes particulières chez l’enfant à haut potentiel.

A ce propos, Jeanne Siaud-Facchin nous dit ceci : « L’interprétation littérale du sens des mots chez les surdoués est extrêmement fréquente. Pour lui, le sens est essentiel et le mot doit être employé dans son acception la plus précise. […] Ce processus est à l’origine de nombreux malentendus entre adultes (enseignants, parents…) et enfants surdoués. Et conduit à bon nombre d’échecs scolaires paradoxaux et à des conflits familiaux inextricables. » (réf. : L’Enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir. Jeanne Siaud-Facchin)

Posté par hpkidmum à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Ali Baba et les 40 horreurs

Nouveau commentaire