29 avril 2013

Réflexions d’adulte et comportements puérils

Ce qui nous a toujours déroutés chez Max c’est la différence qu’il y a entre sa maturité intellectuelle et sa maturité émotionnelle. En effet, très tôt déjà Max s’est intéressé à la nature, à l’univers et au fonctionnement de l’être humain, il me posait régulièrement des questions sur la vie, la mort et abordait ces thèmes avec un sérieux déconcertant pour un si petit bonhomme.

A côté de cela, Max se mettait très souvent à pleurnicher dès que les choses n’allaient pas comme il le voulait, ce qui nous laissait pour le moins perplexes. Comment comprendre en effet qu’un enfant qui regarde des émissions traitant des irruptions solaires puisse agir de manière aussi puérile dès qu’il se voie contrarier dans ses attentes.  

Ce comportement également adopté à l’école allait bien évidemment susciter les moqueries des autres enfants qui le traitaient de « bébé à sa maman ». Il est vrai que notre relation a toujours été très fusionnelle, mon mari était d’ailleurs convaincu que celle-ci était la cause de l’immaturité de Max, il en voulait pour preuve que Max, âgé de 10 ans aujourd’hui, reste attaché à son rituel de mise au lit et à ses doudous.

Or il s’avère que les relations fusionnelles et le besoin de rituels ne constituent nullement la cause de ces comportements puérils, mais qu’ils font partie intégrante de la personnalité complexe des enfants HP et qu’ils visent à les rassurer et à calmer leurs angoisses.

 « Par compensation, face à ces angoisses, ils peuvent mettre en place des rituels que l’on peut prendre pour des manies. Tout étant question de mesure et tant que ces manies n’envahissent pas toute la vie quotidienne, elles ne doivent pas être cassées puisqu’elles sont une soupape à l’angoisse.

Certains parents et d’autres adultes ont des difficultés à accepter ces comportements dyssynchroniques : par exemple, les comportements - bébé que manifestent bon nombre de ces enfants paraissent, là encore, en contradiction avec leur capacité de raisonnement et la qualité de leur questionnement.

Mais dans la mesure où ces types de comportements sont constitutifs de leur personnalité, il ne faut pas essayer de les faire grandir plus vite dans ce domaine, car ils seraient contraints à développer une fausse maturité de façade et une frustration chronique. » (réf. : douance.be)

Cette caractéristique essentielle des enfants à haut potentiel appelée « dyssynchronie interne » est subdivisée en deux « catégories » : la dyssynchronie intelligence/psychomotricité et la dyssynchronie intelligence/affectivité. Le site douance.be y consacre un dossier très détaillé qui, bien que parfois un peu technique, vaut vraiment la peine d’être lu.

Posté par hpkidmum à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Réflexions d’adulte et comportements puérils

Nouveau commentaire